Comprendre la structure de l’égo négatif & réparer les dommages causés

Quelques soient notre vie, nos expériences et nos relations, nous avons probablement tous un jour constaté recevoir des dommages de la part d’autrui, en causer à autrui ou à nous-mêmes. Ce comportement, qui n’est pas en connexion avec la vie, est la conséquence de la masse de souffrance dans laquelle nous baignons collectivement ici sur Terre. La douleur et les comportements destructeurs ont été ancrés partout dans nos sociétés, à tel point que nous ne nous en rendons parfois même plus compte… Manipulations, mensonges, projections, jugements, critiques, comparaisons, médisances, irrespect, menaces, rumeurs forment le quotidien dans lequel nous sommes baignés dès tout petits. Difficile donc en grandissant de réussir à discerner ce qu’est un comportement sain d’un comportement qui ne l’est pas. Ce qui est banalisé devient la norme. Et la norme devient notre réalité.

Heureusement, nous avons maintenant l’immense opportunité d’aller soulever cette couche illusoire de contrôle mental grâce à la situation d’Ascension organique à laquelle notre planète est maintenant reliée. Nous pouvons accéder à l’information et à la reconnexion spirituelle qui nous permettent de nous relier petit à petit au réel but de notre présence sur Terre ainsi que de retrouver la mémoire de sa véritable histoire.

Encore fragiles au début de notre éveil, il est important d’aller progressivement, et avec patience, dans notre processus de recherche de vérité, que ce soit sur nous-mêmes ou sur la situation collective. Car même si le contrôle mental peut nous apparaître évidant au début, il s’avère qu’il peut être présent jusqu’à des couches très subtiles de notre être et de la planète (jusqu’à la dimension 11 inclue). Il convient donc d’avancer pas après pas en suivant naturellement notre guidance intérieure qui nous mènera toujours sans jugement là où il est nécessaire pour nous d’aller afin d’avancer sur le véritable chemin de la libération.

A chaque couche travaillée, en apparaît une nouvelle, et chaque fois plus subtile, plus profonde, plus inconsciente…

C’est pour cela que la bienveillance, la patience et l’amour de soi sont indispensables à une évolution saine. Peu importe là où nous nous trouvons dans notre cheminement. Ce que nous vivons n’est jamais un hasard, le sens nous en étant révélé souvent plus tard. Particulièrement dans la période dans laquelle nous sommes sur Terre où les Gardiens christiques nous assistent, où la vie reprend sa place et les lois de Dieu/la Source divine s’appliquent de manière accrue.

Tout se qui n’est pas basé sur l’amour, la sagesse et la vérité dans nos vies nous apparaîtra petit à petit en plein jour.

Et cela particulièrement de manière intense et rapide lorsque nous travaillons l’alignement à la conscience christique. Car plus nous demandons sincèrement à connaitre la vérité, plus elle nous sera montrée. Sans compter que les polarités sont actuellement amplifiées, ce qui nous amène à vivre des expériences intenses dans le but de nous apprendre à retrouver l’équilibre, l’unité, dans le déséquilibre. C’est pour cela qu’il est important de demander à notre Avatar et nos équipes alignées à la Loi de L’Un de nous accompagner de manière bienveillante et progressive dans ce processus. Ensuite, si nous poursuivons notre route avec confiance et dévouement, nous verrons que la générosité de la vie envers nous sera le reflet de la générosité de notre cœur.

Mais revenons à notre sujet. Avant de savoir comment réparer les dommages causés, il convient d’abord de les définir. Comme je l’avais déjà décrit dans cet article, nous avons le choix en chaque instant entre 2 directions :

  • Créer, Harmoniser, Unifier, Nourrir la vie
  • Détruire, Dés-harmoniser, Diviser, Éteindre la vie

Le premier choix est le souhait de notre être divin. Le second celui de notre égo.

L’égo est une structure inorganique qui a été rajoutée par hybridation dans le corps humain (implanté au niveau du coccyx) et par infiltration des corps planétaires afin d’installer un contrôle mental massif et d’empêcher les êtres humains d’incarner leur nature divine. Le fonctionnement de l’égo négatif est basé sur le fonctionnement des races reptiliennes déchues. Le but des êtres/ET à l’agenda négatif pour l’humanité étant de contrôler les corps humains via cette structure avec laquelle ils peuvent interagir. Ainsi, plus nous donnons notre consentement à notre égo, à ses pulsions et ses croyances, plus nous donnons notre consentement à être dirigés par des entités sans âme et à leur donner notre énergie et notre vie.

Les 3 couches de l’égo

La douleur, la souffrance causée à nous-mêmes ou à autrui ne peut l’être que par notre égo non maîtrisé. Celui-ci est constitué dans le premier univers harmonique en 3 couches qui sont les suivantes (plus d’informations sur cette page de Lisa Renée – traduction par le KSC ici) :

  • L’égo inconscient (1ère couche de l’égo – 1er chakra – dimension 1)

Il s’agit de la première couche de l’égo dans laquelle sont stockées les mémoires traumatiques individuelles et collectives (explosions de planètes, cataclysmes, génocides, abus sexuels, viols, meurtres, rituels sataniques, abductions, tortures, etc.). Cette zone contient les mémoires douloureuses enfouies car effacées de notre mémoire consciente qui ont un impact sur nos réactions émotionnelles et décisions au quotidien tant que nous n’en avons pas conscience. Dans le processus d’Ascension organique, la remise à la surface de ces mémoires sera nécessaire pour les guérir et nous en libérer.

  • L’égo instinctif (2ème couche de l’égo – 2ème chakra – dimension 2) (corps de souffrance)

Si nous n’identifions et ne guérissons pas les mémoires cachées de l’inconscient (1D), alors la douleur de ces mémoires peut nous créer des pulsions émotionnelles et/ou sexuelles au niveau de l’égo instinctif (2D). Si la douleur est intense, cela a pour résultat d’éloigner la conscience divine du véhicule physique. La conséquence directe est la création de ce qu’on appelle les murs de séparation. Car alors, nous ne nous identifions plus en tant qu’être divin, mais comme personnalité programmée de l’égo négatif. Nous nous sentons séparés de notre essence divine, et donc de Dieu/la Source divine. A la suite d’abus rituels sataniques ou d’expériences violentes, notamment sexuelles, le choc peut avoir comme conséquence la création d’une ou plusieurs sous-personnalités dans cette dimension. C’est le but recherché par les abuseurs via ces traumatismes infligés souvent dans l’enfance, car cela permet l’accès et le contrôle du corps de la personne par des entités sataniques, principalement liées au culte Moloch.

Voici les 7 états mentaux et émotionnels primaires de l’égo instinctif :

  1. Le sentiment d’indignité
  2. La honte et la culpabilité
  3. Le manque de confiance en soi et le doute de soi
  4. Le sentiment de trahison et d’abandon
  5. La colère
  6. La peur
  7. Le sentiment d’emprisonnement et d’esclavage
  • L’égo conscient (3ème couche de l’égo – 3ème chakra – dimension 3)

Dans la troisième couche de l’égo négatif, se trouvent les conséquences directes des 2 autres couches non résolues. Il s’agit de la partie la plus consciente, et la plus visible, c’est à dire celle qui se matérialise en 3ème dimension via les comportements suivants que l’on appelle les 7 maisons de l’égo :

  1. Les comportements d’addiction et d’envie (dans le sens d’un désir non christique)
  2. La colère, la rage et la vengeance exprimées ou contenues
  3. Les comportements de cupidité et d’avarice
  4. Les sentiments avérés de jalousie et d’envie (dans le sens envieux d’autrui)
  5. Les comportements de gourmandise, de gloutonnerie et de gaspillage
  6. La paresse et le découragement
  7. Les sentiments de fierté et d’importance de soi ou à l’inverse de dévalorisation de soi

Ces comportements, s’il sont répétés, entraînent le rejet de Dieu/la Source divine à l’intérieur de nous en remplaçant les principes christiques par des principes inversés. Plus les maisons de l’égo sont fortes, plus des entités seront potentiellement accrochées à notre corps de lumière par notre consentement à agir via ces structures inorganiques. Elles pourront alors se servir de nous comme portail nuisible/portail sombre pour leur propre agenda.

Voilà pourquoi il est important d’apprendre à nous connaître nous-mêmes en profondeur pour identifier pourquoi nous faisons, disons, pensons ce que nous faisons, disons, pensons.

Les dommages causés par l’égo spirituel

Je vais maintenant détailler les dommages spécifiques liés à l’égo spirituel, qui regroupe des schémas de pensée et des comportements principalement lucifériens dont il est vital de se défaire ou de se prémunir car ils visent à attaquer directement les personnes qui s’éveillent. Il a bien sûr la même origine que l’égo négatif « classique » et est régit par la même structure. Mais j’ai à cœur de détailler ses manifestations ici car il créé des dommages très courants dans les communautés spirituelles et chez les chercheurs de vérité ne travaillant pas suffisamment sur leur bases (stabilité, maturité, etc.).

Voici les comportements que j’ai pu constater en moi ou autour de moi via l’égo spirituel : ne pas respecter les opinions spirituelles de l’autre, penser détenir plus de savoir ou de vérité, penser discerner alors que juger, comparer certaines personnes ou se comparer à certaines personnes dans le but de se valoriser ou de rechercher la reconnaissance et l’admiration, étaler son savoir pour nourrir son égo, utiliser ses capacités extra-sensorielles pour rendre confus ou faire douter les autres (abus de pouvoir), souhaiter contrôler/dominer l’autre ou souhaiter le faire aller dans la direction que l’on souhaite pour son propre agenda, se positionner comme gourou, se positionner comme celui/celle qui « sait », donc au-dessus de l’autre, arrogance spirituelle, manque d’humilité, manque de sagesse, mental plus développé que l’intelligence du cœur, donner une fausse image de soi pour paraître spirituel, ne pas supporter de montrer ses faiblesses, ne pas accepter la critique juste, etc.

Je le répète souvent, car j’ai vécu moi-même plusieurs expériences pour le comprendre et je pense que c’est important, toutes ses attitudes, ses violences, peuvent prendre des subtilités très fines. Par exemple : une personne qui souhaite nous contrôler, n’en aura pas forcément pleinement conscience elle-même, ou peut-être se mentira-t-elle à elle-même ou aura peur de faire face à sa propre souffrance. En apparence, tout peut porter à croire que la bienveillance et le respect sont présents (pas de signe avéré). Mais pour autant lorsque nous ferons des choix qui déstabiliseront son besoin de contrôle et/ou ses croyances et projections, la personne pourra alors être déclenchée dans la douleur émotionnelle et/ou faire remontrer à la surface ce qui était préalablement enfoui/caché. C’est comme cela que fonctionne l’illusion luciférienne de la fausse lumière astrale, dans l’image, l’apparence, le brouillard mental et non dans l’authenticité et la clarté de la lumière vivante. Dans une situation de ce type, notre mental pouvait être rassuré par les mots employés par cette personne, mais l’âme nous avertissait que quelque chose clochait. Sans raison apparente. Sans compréhension mentale. Juste cette sensation intérieure très personnelle que quelque chose n’allait pas.

Il ne s’agit pas ici de juger, car nous sommes tous en chemin et des êtres divins qui se cherchent, mais de choisir dans quelle direction nous allons et avec qui en ce moment présent. La compassion, le pardon et l’amour inconditionnel devront toujours nous accompagner si nous voulons rester dans notre cœur et offrir le meilleur à chacun.

Ainsi, notre meilleur guide pour savoir où aller dans une relation avec quelqu’un, sera toujours notre discernement des courants énergétiques passant dans les paroles, l’attitude, la communication non verbale… Ce ne sont pas les mots qui traduiront l’authenticité, mais leur vibration. Ce n’est pas le mental qui déterminera où se trouve la vérité mais la fréquence que nous capterons.

Nous pouvons également nous demander : est-ce que je me sens bien avec cette personne ? Est-ce que je me sens en sécurité ? Est-ce que je me sens accepté(e) inconditionnellement ? Cette personne est-elle réellement désintéressée lorsqu’elle me donne quelque chose ? Est-ce que je ressens des pertes d’énergie lorsque j’interagi avec cette personne (vampirisme, dépendance) ? Cette personne respecte elle mon espace, mes opinions, mes choix, mon monde intérieur, ma vérité ? Est-elle honnête et transparente avec moi ? Est-elle consciente de ses vulnérabilités ? Est-ce que je suis dans la joie de la retrouver ? Est-ce que je me sens pleinement en confiance avec elle ?

Attention : il est important de faire la distinction entre une sensation/intuition provenant de notre guidance divine et une projection, qui est le résultat d’une sensation impulsée via les croyances de notre mental et les douleurs non résolues de notre égo négatif. Seules l’expérience et la connaissance de soi permettent de discerner petit à petit la source de nos sensations internes.

Notre âme sait ce qui est bon pour nous au delà de tous les concepts mentaux. Être au service du divin, c’est apprendre à écouter cette voix et la suivre dans une confiance absolue là où elle nous demande d’aller. Même si nous n’avons aucune information mentale à cela.

Alors comment réparer si nous avons créé des dommages à nous-mêmes et/ou à autrui ?

1/ Il convient d’abord pour cette partie de bien nous rappeler que nous sommes tous des humains en chemin et que nous ne sommes pas parfaits. Nous autoriser l’erreur est la base pour éviter de nous créer des dommages à nous-mêmes. A chaque écart de conduite, c’est à dire écart avec la conscience christique, nous pouvons nous demander « pourquoi » avons-nous agit comme cela ? Quelles sont les parties de nous qui ont le plus besoin d’attention et d’être entendues ? Sortir de la honte et de la culpabilité est la première étape car comme je l’ai mentionné plus haut, il s’agit de sentiments provenant de l’égo négatif et qui au lieu de nous aider à nous construire, nous tirent vers le bas. Il existe toutefois des émotions empathiques organiques qui nous poussent à réaliser que nous avons pu créé des dommages et à nous faire évoluer, mais la fréquence de ceux-ci sera très éloignée des sentiments destructeurs de honte et de culpabilité. De mon côté, je travaille toujours sur ce point et j’essaie à chaque nouveau défit, non plus de m’en vouloir comme je le faisais auparavant, mais au contraire, d’apporter l’amour inconditionnel à mes parties blessées.

Ne retirons pas l’amour de Dieu/la Source divine envers nous dans les moments où nous en avons le plus besoin.

Nous ne sommes pas jugés. Tout est égal dans l’amour de Dieu/la Source divine.

De même, dans le cas où une personne nous a créé des dommages, ne cherchons pas à la rendre honteuse ou à la culpabiliser, il s’agirait alors d’un abus de pouvoir et de techniques de division pour heurter. Donc non christiques.

2/ Deuxièmement, je dirais qu’il est important de s’excuser, de demander pardon. Non pas dans le sens de nous soumettre, mais de reconnaître que nous avons pu créer du tord. Dans certains cas, il ne sera pas forcément nécessaire de s’exprimer directement à la personne concernée. Nous pouvons très bien écrire dans un carnet ou prier pour exprimer notre volonté de rééquilibrer l’énergie qui a été diffusée.

Le pardon, que ce soit envers nous-mêmes ou envers quelqu’un d’autre est la véritable voie de la sagesse et de la libération. Nous ne pouvons pas être en paix si nous n’avons pas réellement et profondément pardonné à nous-mêmes ou aux personnes qui nous ont créé du tord. Pardonner c’est avoir cette bonté du cœur, cette force intérieure qui permet d’apposer un baume sur la douleur et de nous reconnecter à l’essentiel : l’amour. Peu importe si des personnes autour de nous n’ont pas un comportement aimant et qu’ils s’obstinent dans des attitudes destructrices. Nous pouvons tout pardonner aux autres, à partir du moment où nous nous autorisons à tout pardonner à nous-mêmes, sans oublier de maintenir des limites saines si nous ressentons devoir le faire.

Des excuses peuvent-elles suffirent à réparer les dommages causés ?

Je dirais que cela dépend de deux paramètres :

  • L’intention qu’il y a derrière les excuses

Ayant côtoyé de nombreuses personnes manipulatrices dans ma vie, j’ai pu souvent constater que les excuses sont utilisées comme moyen de pression forte ou subtile pour obtenir un résultat. Le programme mental peut être : « Je me suis excusé = donc je peux obtenir ce que j’attends de toi (exemple : que tu baisses ta vigilance ou que tu reviennes vers moi). »

L’importance ici est donc d’essayer de sentir si les excuses que nous exprimons ou recevons de la part de quelqu’un sont sincères et désintéressées. C’est à dire sans attachement, attente, ou projection.

Le meilleur test pour cela est d’observer si nous sommes totalement neutres et détachés de la réaction de l’autre à nos excuses ou si la personne s’excusant respecte notre liberté de choix et de réponse à la suite de ses excuses.

  • La profondeur des dommages causés

La réparation, dépend des facteurs précédemment cités mais aussi du contexte, de l’intensité, de la durée, et de la répétitivité des dommages qui ont été causés. Des excuses peuvent suffirent dans le cas de dommages légers et dont l’origine est totalement involontaire (exemple : je bouscule quelqu’un sans le vouloir dans la rue) mais pour des dommages plus lourds et dont l’origine est une faille personnelle, il sera nécessaire d’entamer un réel travail sur soi.

3/ Ce qui m’amène donc à la troisième étape qui consiste à prendre nos responsabilités, à chercher à connaître la vérité, sans voiler notre esprit avec des croyances ou des projections. Nous pourrons ainsi observer avec neutralité, donc sans jugement, nos comportements dans le but de les corriger. Demander à nos équipes christiques de nous aider et de nous guider dans ce processus peut être réellement soutenant. N’ayons pas peur d’être vulnérables avec eux, ils nous considèrent d’égal à égal et ne demandent qu’à nous aider. L’authenticité devra petit à petit remplacer notre besoin de contrôle si nous souhaitons réellement prendre nos responsabilités.

4/ Enfin, la dernière étape est, bien sûr, l’intégration de la leçon que cette difficulté nous a apporté. S’excuser, comprendre, consiste en la partie mentale du processus. Le mental ne répare pas, mais nous permet de structurer notre réflexion. Ensuite, si nous souhaitons ré-harmoniser le déséquilibre que nous avons alimenté, c’est à dire incarner notre essence christique là où nous ne le pouvions pas auparavant, il est important de chercher à modifier notre réponse au stimuli douloureux qui nous a été présenté. C’est à dire de chercher à assimiler énergétiquement la lumière qu’il nous a manqué.

C’est par la répétition de nos efforts et par les situations que la vie nous présentera de nouveau, que nous aurons l’opportunité de changer nos schémas de pensée et façons de fonctionner. Le plus difficile est le démarrage, car il nous faut construire de nouvelles connexions neuronales dans notre cerveau qui, à force de se renforcer, aboutiront à créer des habitudes saines intégrées naturellement à notre quotidien. La réelle réparation des dommages causés ne peut donc pas se faire sans l’intégration profonde de la leçon de vie et le changement intérieur permettant un meilleur l’alignement avec le divin. Ainsi, cette étape nécessite un certain laps de temps, plus ou moins long selon les situations.

En bref, il ne s’agit pas dans la réparation des dommages causés de chercher à revenir en arrière ou à contrôler le résultat de nos efforts, car nous ne pouvons pas contrôler l’extérieur, seulement notre intérieur. Aller de l’avant, retrouver l’équilibre en nous-mêmes de ce qui auparavant était déséquilibré est la seule chose que nous pouvons faire, le reste appartient au plan divin qui mettra sur notre route au moment opportun la prochaine étape à notre évolution. En transformant notre intérieur, nous agissons ainsi au niveau individuel mais aussi collectif et faisons donc un véritable don à nous-mêmes, à notre planète et à la vie.

J’espère que tout cela vous sera utile et pour terminer, je mets en lien ci-dessous quelques outils qui peuvent aider dans le pardon et l’amour envers vous-mêmes ainsi que pour travailler sur la douleur interne :

Puissions nous recevoir tout le soutien nécessaire pour notre cheminement intérieur et notre reconnexion spirituelle.

N’abandonnons jamais et continuons d’avancer.

Que la gentillesse et la bonté de notre cœur animent chacune de nos interactions.

Avec Amour,

Laura


Pureté Générosité Patience Gentillesse Discipline Consistance Humilité

Si vous souhaitez recevoir les dernières publications d'Aurore Multicolore par e-mail, vous pouvez vous inscrire en cliquant ci-dessous pour accéder au formulaire d'inscription.

AM

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.