Être une femme libre (cet article concerne aussi les hommes)

Avant d’aller au cœur de cet article, j’aimerais vous partager ce que j’ai compris et intégré en termes d’énergies masculines, féminines et leur expression dans un corps humain. En effet, il est important de rappeler que notre corps possède un genre mais que nous ne sommes pas uniquement ce genre. Chacun de nous possède en lui-même les principes féminin et masculin. Le féminin est ancré dans le côté gauche de notre corps, relié au cerveau droit et le masculin dans le côté droit, relié au cerveau gauche.

Ainsi, notre corps physique exprime un genre mais à l’intérieur nous avons les 2 principes. Tout l’objectif de l’Ascension est d’abord de nous connecter à ces 2 principes dans leur expression divine, car il existe aussi un féminin et masculin inversés dont nous devons nous nettoyer, puis de les équilibrer en nous-mêmes. Par ce travail, nous pouvons ainsi retrouver l’unité et l’essence de Dieu / la Source divine en nous-mêmes.

Il y a beaucoup de confusion à ce sujet qui est alimentée volontairement par l’agenda transgenre de certains groupes sataniques et lucifériens sur Terre. Leur objectif est de confondre le genre, de le manipuler et de lui faire perdre son sens. Alors que dans l’Ascension organique, il s’agit d’en comprendre le fonctionnement, la raison de son existence, pour l’honorer et l’unir en nous-mêmes.

Il est aussi important de comprendre que notre essence divine est équilibrée dans ces principes masculin et féminin mais peut tout à faire exprimer un genre ou le représenter. Par exemple, nous pouvons ressentir ces deux énergies en nous, mais il peut être juste en notre cœur de représenter le féminin divin ou le masculin divin sur Terre. C’est à dire que nous sommes sur la voix de l’équilibre intérieur entre nos 2 principes de genre mais nous pouvons travailler essentiellement à la guérison du féminin ou du masculin. Ainsi pour cela, notre corps pourra exprimer pleinement le féminin ou le masculin divin ou bien être neutre ou androgyne. Il n’y a pas de honte ou de mal à être qui nous voulons être, de la façon dont nous le sentons juste pour nous. Il est donc important de réaliser qu’il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » façon d’exprimer le genre, car la palette de nuances qui existe dans l’expression de la vie est vaste et complexe.

Il y a beaucoup de blessures liées à notre principe de genre sur Terre, car le masculin et le féminin au lieu de s’unir se sont souvent divisés, abusés, torturés, etc. Tout est encouragé pour que les femmes et les hommes se jugent, se critiquent, se battent et se comparent dans la méconnaissance totale que nous sommes les 2 principes. En jugeant un genre, nous nous jugeons nous-mêmes, ce qui est l’objectif de ceux qui ne veulent pas voir des êtres humains unifiés sur cette planète.

Ainsi, si nous avons personnellement des difficultés avec un genre, il est important d’aller à la source de ce conflit pour le résoudre et retrouver l’équilibre en nous-mêmes. Beaucoup de relations amicales ou intimes seront mises sur notre route pour guérir nos blessures et traumatismes liés au genre, que ce soit individuel ou collectif. Tant que nous n’aurons pas compris et intégré les leçons de nos relations passées, alors nous les répéterons.

C’est pourquoi cet article concerne tout le monde. Car il est important que les femmes puissent être libres mais aussi pour les hommes de se connecter à leur féminin divin intérieur et de le libérer. Car c’est par leur féminin divin, que les hommes pourront retrouver leur masculin sacré, loin de toutes les programmations qui ont été diffusées sur Terre.

J’ai vécu au cours de mon existence des relations souvent difficiles avec les hommes. En effet, je me trouvais dans des schémas de soumission et de dépendance à l’autre. J’ai vécu des relations où je ne pouvais pas être moi-même ou au service de mon être divin (même si cela peut faire partie du plan à grande échelle), car j’étais toujours dans le sacrifice pour l’autre, voulant par empathie et naïveté aider mon partenaire ou le combler.

J’ai pu côtoyer de nombreuses distorsions et j’ai appris à reconnaître ces fréquences qui tentent de me manipuler et de me faire accepter des choses non souhaitées par mon être divin. Depuis petite, j’ai été extrêmement visée pour que jamais je ne puisse avoir confiance en moi et prendre mon indépendance et mon envol. Mais petit à petit, à chaque nouvelle relation, j’apprends à défaire la couche de contrôle mental qui m’a été appliquée.

Ainsi, ce que détestent par dessus tout certains groupes d’entités, type Annunakis (masculin inversé), c’est que le féminin divin se déploie sur cette planète. Car un féminin libre, est un féminin puissant qui protège et soutient par son amour l’ensemble de la planète et ses habitants. J’ai pu d’ailleurs ressentir encore récemment à quel point ils me haïssaient pour les décisions que je prends pour me libérer et pour le féminin divin que je souhaite exprimer…

Les hommes sur Terre sont extrêmement ciblés par le contrôle mental, car le corps mental est un corps masculin, comme le corps émotionnel est un corps féminin. Les grilles énergétiques qui protègent le corps masculin de la planète ont en effet été infiltrées et sont utilisées en partie pour propager toutes les programmations que nous connaissons. Les hommes ont donc plus de mal à se connecter à leur cœur et à leur féminin intérieur car leur corps est plus impacté par ce contrôle mental que celui d’une femme (d’une manière générale).

Les groupes d’entités qui se prennent pour des dieux sur les autres plans glorifient le masculin inversé, c’est à dire qu’ils le pensent supérieur au féminin. Ainsi, ils cherchent des véhicules sur Terre qui par consentement à ce faux masculin vont faire se manifester leur agenda pour le futur de l’humanité.

Ces entités sont à l’origine de toute la violence perpétrée par le masculin inversé, le masculin tyrannique : guerres, violences, abus, viols, domination patriarcale, etc. C’est leur vision. C’est leur monde. Pas celle de Dieu / la Source divine, qui n’octroie pas de valeur supérieure à un genre plutôt qu’un autre ou à un être plutôt qu’un autre.

J’ai pu observer récemment que les programmations mentales liées à la volonté de dominer et contrôler le féminin peuvent être extrêmement subtiles, que même si nous les avons identifiées auparavant, elles peuvent refaire surface de manière beaucoup plus sophistiquée. Par exemple, nous n’allons plus accepter dans nos relations la violence, le chantage émotionnelle, la manipulation telle que nous l’avons connue de manière grossière mais y consentir de manière beaucoup plus subtile si nous n’y prêtons pas attention. Surtout si c’est avec une personne avec qui nous avons un réel lien du cœur.

Afin qu’elles soient mises en lumière, je vais maintenant énumérer les programmations principales que j’ai pu côtoyer dans ma vie visant à empêcher le féminin divin d’être dans son plein potentiel. Bien qu’il y en ait beaucoup d’autres encore, je me concentre ici principalement sur les programmations dans laquelle la femme n’a généralement pas confiance en elle ou possède des failles à ce niveau-là (comme c’était mon cas). Je les présente dans leur version brute, mais elles peuvent prendre tout un tas de nuances et de subtilités.

Le but de cela est que chacun puisse prendre conscience de leur existence en lui-même ainsi que dans ses éventuelles relations, qu’elles soient de couple, amicales ou familiales et de s’en libérer petit à petit. A la lecture, cela peut sembler évident, mais au quotidien, elles peuvent quand même s’appliquer si nous n’y prêtons pas attention par un manque de travail personnel et de discernement. En effet, il existe de nombreuses manipulations sur les autres plans qui visent à ce que nous manquions de respect, de tolérance et de bienveillance dans nos relations, encore une fois, même très subtilement.

Cela demande une grande connaissance de soi et de ses faiblesses. Car combien sur Terre sont prêts à faire quelques concessions sur leur éthique, leurs valeurs, leur respect de soi ou des autres pour un peu « d’amour » ? Pour un peu de joie ? L’humanité est tellement traumatisée. Sans courage, volonté, patience et persévérance pour se guérir de toutes nos douleurs, qu’elles soient individuelles ou collectives, nous ne pourrons pas nous sentir libres dans nos relations.

Une relation mature et responsable avec quelqu’un ne va pas sans un profond et intense travail sur soi.

Voici donc quelques programmations visant à affaiblir les femmes souhaitant incarner le féminin divin que j’ai pu côtoyer en moi ou chez des personnes de mon entourage. Je parle des programmations hommes / femmes car je les ai vécues comme cela essentiellement mais cela peut aussi être transposé à des relations femme / femme dans certains cas car bien des femmes deviennent également des véhicules dans la transmission de ces fausses croyances. Et cela dépend encore une fois de la façon dont nous exprimons le genre, intérieurement ou extérieurement. C’est pour cela que j’utilise lorsque c’est approprié le terme « chez la personne hôte » de la programmation pour la personne qui va chercher à nuire à la femme, que ce soit consciemment ou non, subtilement ou non.

Je précise également qu’il existe aussi des programmations dans le féminin inversé visant à détruire le masculin divin mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui.

  1. La femme a moins d’importance que l’homme
    • Chez la femme ⇒ ne pas se sentir à la hauteur, sentiment d’écrasement, doute de soi, sentiment de ne pas être complète lorsque seule, sentiment d’avoir besoin d’un homme pour être heureuse
    • Chez la personne hôte ⇒ penser que les femmes sont inférieures, sur-valorisation du soi par l’égo, sentiment de devoir « protéger » la femme, mais en réalité vouloir la contrôler, glorification et justification de la domination patriarcale
  2. La femme est moins intelligente, moins qualifiée, l’homme sait mieux que la femme
    • Chez la femme ⇒ se sentir moins douée, légitime, moins évoluée notamment spirituellement, sentiment de ne jamais être « assez bien », manque de reconnaissance pour soi ou ses qualités
    • Chez la personne hôte ⇒ penser que la femme se trompe, ne peut pas avoir les mêmes aptitudes qu’un homme, lors de difficultés penser « qu’heureusement que l’homme est là pour recadrer », l’homme est sourd à ce que lui communique la femme car il a la croyance qu’elle n’a pas son niveau de compréhension et d’intelligence
  3. La femme ne sait pas ce qu’elle dit ou ce qu’elle fait car elle est instable
    • Chez la femme ⇒ remise en cause ou doute de son propre ressenti
    • Chez la personne hôte ⇒ croyance que la femme peut souvent « dérailler », fausse compassion pour la femme car « la pauvre » elle ne sait pas ce qu’elle fait, refus de se remettre en question, de prendre ses responsabilités
  4. La femme est manipulatrice, calculatrice, perfide
    • Chez la femme ⇒ remise en cause de sa propre santé mentale, perte de repères quant à ce qu’est un comportement sain et un comportement qui ne l’est pas
    • Chez la personne hôte ⇒ se sentir victime, ne pas prendre ses responsabilités, assurer sa version des choses en projetant la faute sur la personne visée en la rendant mauvaise
  5. La femme est naïve et manipulable car sensible
    • Chez la femme ⇒ doute de soi, remise en cause de ses ressentis, chercher à fermer son cœur pour être entendue, à devenir plus « masculine » (masculin inversé = tyrannique)
    • Chez la personne hôte ⇒ rejet de ce que communique la femme visant à exclure sa version de la réalité ou sa vérité, considération de la femme comme « faible » car connectée à ses émotions, rejet de l’intelligence du cœur, moqueries visant à ridiculiser la femme
  6. La femme doit être en couple, sinon c’est qu’elle n’est pas normale ou qu’elle est malheureuse, elle ne peut pas être autonome et indépendante
    • Chez la femme ⇒ doute de soi, sentiment d’exclusion, de ne pas être « normale », de ne pas être considérée comme un être à part entière, de ne pas être considérée pour elle-même
    • Chez la personne hôte ⇒ rejet de la différence si la femme ne rentre pas dans le moule de la société, projection de sa blessure sur l’autre personne pour la liberté qu’elle s’autorise, sentiment de tristesse à l’idée de la « solitude », ne pas être bien avec soi-même
  7. La femme doit se soumettre à l’homme, notamment sexuellement
    • Chez la femme ⇒ sentiment de devoir servir l’homme, d’être un objet, de devoir se conformer à ses désirs, de se forcer pour lui faire plaisir comme si c’était normal ou le faire par « amour »
    • Chez la personne hôte ⇒ sentiment de pouvoir demander à la femme de le combler, de répondre à toutes ou quasi-toutes ses attentes, insatisfaction, demandes qui vont de plus en plus loin
  8. La femme n’a pas à connaître ce que ressent l’homme d’elle ou de la relation
    • Chez la femme ⇒ sentiment d’exclusion, sentiment d’infériorité, d’être perdue, de ne pas connaître vraiment l’autre
    • Chez la personne hôte ⇒ secret qui empêche la communication honnête et responsable, manque de connaissance de soi qui jette un flou et un brouillard dans la relation, sentiment de devoir fermer son cœur pour être « un homme » et reconnu comme tel par la société
  9. L’homme décide pour la femme
    • Chez la femme ⇒ sentiment d’exclusion de ne pas être intégrée dans la prise de décision qui la concerne, sentiment d’enfermement, de soumission
    • Chez la personne hôte ⇒ sentiment de devoir porter la femme, de penser pour elle, de décider à sa place, ou de décider pour la relation sans consentement explicite de la femme
  10. La femme est une mère de substitution pour l’homme
    • Chez la femme ⇒ sentiment d’être dans un rôle qui n’est pas celui qu’elle souhaite, porte sur ses épaules des responsabilités qui appartiennent à l’homme, charge mentale accrue
    • Chez la personne hôte ⇒ sentiment de pouvoir se reposer sur la femme en permanence notamment pour l’organisation, les tâches du quotidien, la gratifier pour cela, pour ne pas qu’elle change son comportement, ne pas prendre en charge à parts égales les parties communes (mentalement compris)
  11. Une femme ferme et qui pose des limites est une femme qui n’est pas dans son cœur
    • Chez la femme ⇒ doute de son ressenti ou de l’expression de celui-ci, sentiment de devoir être « mielleuse » pour être entendue
    • Chez la personne hôte ⇒ amalgame et confusion entre fermeté et colère, refus d’écoute de la femme pour éviter la douleur de la remise en question

Ces programmations sont principalement basées sur des schémas victime / bourreau, visant à ce que les genres s’abusent entre eux sans jamais s’unir dans l’amour inconditionnel.

En tant que femme sur Terre, surtout en tant que femme qui souhaite être libre, de ma perspective le plus important est de garder à l’esprit que personne ne peut décider à notre place ce qui est juste pour nous-mêmes. Même si nous n’avons pas suffisamment confiance en nous, il est très important d’apprendre à ressentir notre essence, notre cœur petit à petit et de ne pas donner notre pouvoir à quiconque, quelque soit le lien que nous avons avec cette personne. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas demander de l’aide ou des conseils, mais de TOUJOURS vérifier que cela résonne en nous-mêmes, en notre cœur, et non avec notre mental et ses programmations ainsi qu’avec notre égo négatif et ses blessures.

Puisse chaque femme être libre,

Chaque homme laisser libre chaque femme,

Et chaque homme libérer sa femme intérieure,

Laura


Pureté Générosité Patience Gentillesse Discipline Consistance Humilité

Si vous souhaitez recevoir les dernières publications d'Aurore Multicolore par e-mail, vous pouvez vous inscrire en cliquant ci-dessous pour accéder au formulaire d'inscription.

AM

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.